Articles

Kyoto 2008.10.30 suite

En fin d'après-midi, nous avons pris possession de notre nouvelle chambre dans un vrai hôtel. Un peu plus dispendieuse que le dortoir de notre auberge, mais elle a l'avantage de nous permettre une sortie de soir pour assister a une performance et une cérémonie du thé. Elle facilitera aussi notre départ de demain puisque nous sommes a trois minutes de la gare. Avant notre sortie, une petite sieste et nous partons pour le Kyoto Gion Corner. Pas de problème avec l'autobus, nous descendons au bon arrêt. Mais pour trouver l'endroit de la performance, ce fut une autre histoire. Nous avions presque abdiqué quand nous sommes dépassées par un autobus de touristes qui se stationne a cent mètres de nous. Un indice!!!! Hé oui! nous y sommes. Nous aurons droit, tel que prévu, a un spectacle contenant la cérémonie du thé, la musique au Koto (harpe japonaise), l'arrangement de fleurs ( Ikebana),  le Gagahu (musique ancienne), Kyogen (comédie ancienne dont le nom est "Boshiba"), Kyomai (danse de Kyoto) et enfin le Bumaku (théâtre de marionnettes"Oshichi en tour de surveillance des incendies", le tout en 55 minutes: des capsules touristiques mais de bonnes qualités heureusement. Puis nous avions ajouté l'initiation personnelle a la cérémonie du thé. Je passe les détails de la cérémonie que vous connaissez sans doute. Mais le thé vert japonais, tu aimes ou tu n'aimes pas, surtout quand le sucre est déjà ajouté dans le thé. Monique n'y arrive toujours pas. Alors c'était un peu notre angoisse. Heureusement le sucre était pris a part comme un bonbon. Notre mentor dans cette initiation avait insisté sur le bruit qui qui devait accompagner la dernière gorgée en signe d'appréciation. Alors j'ai siphonné ma dernière gorgée bruyamment. Je crois qu'elle a été impressionnée car je suis la seule a l'avoir fait. J'ai senti que je lui avais vraiment fait plaisir. Bon cela ne veut pas dire que je suis converti au thé vert japonais mais que cela reste entre nous.

Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.30

Anamorphose
d'un écureuil sur
une clôture blanche.
 
Canard mandarin
dans les nymphéas
regarde le touriste.
 
Notre séjour a Kyoto se devait de se terminer avec la visite d'un jardin de roches et avec la cérémonie du thé. A l'information touristique, on nous avait suggéré le jardin du temple Ryoanji. Nous ne fumes pas désappointées. Il est vraiment magnifique. J'avais déjà remarqué la patine du mur de l'enceinte avant de lire qu'elle était le fruit du suintement de l'huile qui a servi a cuire la terre dont il est fabriquée. Il n'y a aucune végétation si ce n'est la mousse sur et autour des pierres. Par contre a l'extérieur du temple, nous avons vu des arbres extraordinaires, modifies formellement par leurs émondages successifs. La base qui contient les traces des ces opérations ressembles a des bonsaïs mais l'arbre lui-même, je devrais dire les arbres car parfois il y a plusieurs repousses, sont très droits et très hauts. Leur tronc est dénudés. Il y a un peu de végétation a la cime: ce sont des conifères. Dans l'étang adjacents on a pu noter la présence d'une colonie de canards mandarins.

Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.29 suite

Il était presque 13:00 et nous avions un petit creux. Dans ce lieu plus touristique que religieux, nous avons trouvé a manger puis nous avons gravi la colline pour nous rendre au temple, je devrais dire aux temples car outre le magnifique ou on prie pour sa santé et on se jette en bas de la galerie en défiant le sort, il y a un plus petit temple shintoïste dédie a l'amour. Le messager du dieu y est un lapin sorte de cupidon, tient donc. Il y a aussi le temple de la naissance garni de petits tas de cailloux: un ensemble cohérent quoi!!!! Nous étions au pied de l'escalier menant a ces merveilles a se demander si nous avions encore l'énergie pour monter plus haut quand nous fumes abordées par deux jeunes filles japonaises. Elles nous offrirent de nous guider sur le site en échange de la possibilité de pratiquer leur anglais. Aussitôt dit aussitôt fait. Nous voici en route pour d'autres découvertes en charmante compagnie. Ça en valait le coup. De plus, nous avons appris par l'une d'elles qu'il neigeait a Ottawa donc probablement aussi au Québec, raison de plus pour savourer cette belle journée d'automne ici.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.29

Ce matin nous avions rendez-vous avec Johnnie Hillwalker's Kyoto walking guide de réputation internationale soit pour ses connaissances ou pour son âgé de 80 ans. Mais nous ne le saurons jamais car nous avons été kidnappées par son assistant dit-il, plus jeune de vingt ans. Il avait sa carte officielle de guide a Kyoto. C'était un professeur d'anglais a la retraite. Et son tarif était conforme a la publicité que nous avion en main. Il nous a guide selon le parcours prévu et répondu a toutes nos questions. Maintenant nous pouvons faire la différence entre un temple bouddhiste et un temple shintoïste ainsi que leurs rituels respectifs. Nous avons explore le vieux Kyoto et ses boutiques d'artisans. Il nous a abandonne aux porte du fameux temple Kiyomizu en nous donnant les indications pour le retour en bus.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.29

Un mot sur l'Utano Youht Hostel de Kyoto qui nous avait été recommandé . Outre le fait qu'il soit situé  a 45 minutes du centre ville, je le qualifierais d'hostel 5 étoiles. Il est tout neuf en respectant l'architecture japonaise. Nous occupons une chambre a six lits mais il y en a seulement trois de louer, la troisième personne tient plus d'un fantôme, car nous l'avons entrevue a peine trois fois depuis que nous sommes ici. Il semble que les critères pour faire partie du réseau www.hostelworld.com ont légèrement évolué depuis les auberges de ma jeunesse. Parlant jeunesse, nous ne sommes pas les plus âgées parmi la clientèle.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.28

deuxième épisode: nous avions décidé  de dîner en ville avant de se rendre a l'hostel qui est dans un quartier dépourvu de restaurants. Comme nous avions presqu'été expulsées de l'autobus qui était bondé, nous avons décide de marcher un peu pour trouver un restaurant en attendant de laisser passer l'heure de pointe. C'est donc un peu par hasard que nous avons déniché une perle de restaurant www.sakon-kyoto.com Et vous pouvez me croire sur les photos ce ne sont pas des copies en plastique des plats que nous avons dégustés.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.28

Voici les photos pour la première partie du message du 28 octobre.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.27

Alors que nous avions fait notre deuil du mont Fuji, contre toutes attentes, il est apparu lumineux ce matin dans toute sa splendeur sans brume, sans smog alors que nous étions sur le train pour Kyoto. Des notre arrivée ici nous sommes allées déposer une aumône au temple pour que la chance soit encore avec nous. Et enfin une visite aux vieux palais impérial de Omurus a terminé cette journée magnifique sous le soleil et en sandales.Puis nous avons retrouvé notre super auberge de jeunesse Utana, je vous en reparlerai certainement.


Louise Bérubé
www.louiseberube.com

Kyoto 2008.10.28

Une journée qui a elle seule, justifie notre façon de voyager. A l’hôtel Sakakura de Tokyo une jeune fille qui y travaille m’avait fait une recherche des sites sur la culture et l’utilisation de la soie au Japon. C’est une industrie artisanale complètement en voie de disparition ici mais elle m’avait déniché a Kyoto une tisserande qui utilise encore ce matériau. Trouver cette personne était a l’ordre du jour ce matin. La découverte de sa maison tient du miracle ainsi que la rencontre. Trop long tout vous raconter, mais sachez que je suis sortie de sa demeure avec deux pièces tissées que je porte précieusement lors de la visite du temple de son quartier: une madone italienne et image religieuse japonaise. Vous ne me croirez peut-être pas mais elle me les as données.Elle sont déjà en route pour le QQuébec en espérant qu’elles arrivent saines et saufs.
Louise Bérubé
www.louiseberube.com