Articles

Montreal 2008.09.17

Face a face a la gare Bonaventure avec Genevieve Hivon qui fut temoin de notre depart.

Louise Bérubé

C’est parti !!!

Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, beaucoup d’hommes et de choses, il faut connaître les bêtes, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir le mouvement qui fait s’ouvrir les petites fleurs au matin. Il faut pouvoir se remémorer des routes dans des contrées inconnues, des rencontres inattendues et des adieux de longtemps prévus.1 Rilke Nicolas Bouvier avait fait peindre cette citation sur le véhicule qu’il utilisa sur la route entre le Moyen-Orient et le Ceylan (Sri Lanka). En permutant le mot écrire pour un terme plus inclusif comme créer, je pourrais me faire tatouer ce texte tant il me colle à la peau, alors que je me prépare à un prochain départ. Voyage dans l’impensé, je me déplacerai d’est en ouest à partir de Montréal. Ce parcours devra nécessairement se jouxter à ce que l’on nomme la route ou même les routes de la soie. Au XXIe siècle, est-il utopique de réaliser ce parcours de quelques 18000 kilomètres? Car, pour des raisons différentes, il semble aussi plein d’avatars qu’à l’époque de Marco Polo. Tropisme Pour ce faire, j’ai conçu un projet qui n’est pas qu’utopie. Sur la route de la soie entre Pékin et Damas, on retrouve encore de nombreuses villes mémoire au nom évocateur : Palmyre, Alep, Mossoul, Bagdad, Kerbala, Babylone, Nadjaf, Ispahan, Yazd, Persépolis, Bandare Abbas, Bam, Meched, Mary, Boukhara, Samarkand, Tachkent, Kokand, Ferghana, Och, Kachgar, Mazarthagh, Keriya, Dunhuang, Golmud, Labrang, Lanzhou. Parmi celles-ci, j’ai pour objectif d’en visiter cinq ou sept ce qui me semble assez réaliste et surtout suffisant pour réaliser mon projet. La taxie de mon itinéraire correspondra à la définition même de ce mot dans le Petit Robert : mouvement ou réaction d’orientation, déclenché ou entretenu par des agents externes, chez les organismes se déplaçant librement dans l’espace. Et comme le dit si bien Saint-John Perse  »Tant qu’il y a mouvement, il n’est rien dont désespérer pour demain. » La mobilité deviendra le leitmotiv de ce voyage. Pour ce faire, je dois utiliser un itinéraire ouvert et une valise légèrement emplie. Je me donne aussi des délais de cinq mois à un an, si nécessaire pour le réaliser. Inventaire …… un inventaire à la Prévert : une énumération hétéroclite, poétisée par accumulation. Le choix des objets qui m’accompagneront dans ce périple procède déjà d’un acte de création. Au fil des années, garnir ma veste de pêche à la mouche me fut un très bon apprentissage pour voyager léger. Voici donc la liste : 1. une caméra Canon Power Shot G9, guide et accessoires. 2. une canne à moucher de fabrication artisanale en 6 segments format aiguille à tricoter pour une longueur totale de sept pieds. 3. un moulinet mouche armé d’une soie numéro 4, le fil de pêche n’ayant gardé que le nom d’origine du matériau utilisé pour cette activité. 4. une boite contenant une douzaine de mouches artificielles. À première vue, pour le non-initiée, cette boite ressemble à un contenant de pilules. 5. un carnet de voyage à couverture noire de 24,5cm X 12,5cm X 2cm ou peut-être 12,5cm X 24,5cm X 2cm. Je ne suis pas encore fixée sur le sens à lui donner, probablement à l’horizontale comme le journal de pêche de Murielle Foster. 6. un cahier de note à couverture noir orné de minuscules carrés claire-voie laissant apparaître le rouge de la page titre. Il est à noter que ce cahier porte la marque Cambridge city tandis que le carnet de voyage celle de Letterbox Paris. 7. un étui à crayon dont le contenu me servira d’arsenal devant me permettre de poursuivre un travail de création tout au long de ce voyage. À titre d’exemple de cette sélection : de ma boite de quarante-huit crayons Rexel Cumberland Derwent Studio, je n’ai retenu que le Crimson Lake 20. 8. une petit balle de caoutchouc blanche et rouge de chez Dolorama qui a rebondi dans ma main lors du forum l’objet retourné 06.07.08 juin 2008. L’objet du délit fut lancé par Patrice Loubier lui-même pendant son intervention. 9. une documentation : · Pour aider à la réflexion, la Déclaration universelle des droits de l’homme, format 3cm X 2,5cm X,5cm. Achevé d’imprimer en septembre 1992 avant que l’homme ne devienne une personne. · Pour me remettre dans le droit chemin, La route de la soie de José Frèches · Pour apprendre à écrire les plus petits poèmes, Au fil de l’eau, les premiers haïkus français, édition établie par Éric Dussert. En raison du poids, tous les autres documents achetés lors de mes déplacements seront remis au suivant. Traces du voyage Dans la dahabieh Les faiseurs de haïkaï Éventent leurs jambes nues. 2 Dans ce minuscule poème, la dahabieh, véhicule égyptien ancêtre de nos maisons flottantes devient lieu de création. La mouvance que me procurera ce voyage, laissera sans aucun doute des traces dans ma démarche créatrice. Mais comme l’a écrit Rilke : « Les vers signifient si peu de chose quand on les écrit trop tôt », une conclusion hâtive sur les retombées de ce projet risque de manquer de sens. Dans un premier temps, je vais consigner mes expériences et mes réflexions au fur et à mesure et le plus fidèlement sur http://lescitesdelasoie.blogspot.com/ . Je le ferai pour ma famille et mes amis qui pourront me suivent à la trace, mais comme le web appartient à tous, je suppose que je franchirai ces frontières. Au retour, je veux matérialiser cette expérience hors norme en colophons modernes. Comme les moines copiste dont l’objectif était de rendre le manuscrit aussi précieux que le message, je me suis donné des pistes pour une œuvre future :

  • Le rouge de Fust et Schoeffer première couleur à apparaître dans l’histoire de l’impression.
  • Les prières tibétaines imprimées sur des petits carrés.
  • Mes heures de poussière et de liberté.
  • Toutes autres découvertes sur la route de la soie si ce n’est la soie elle-même.
  • Des impressions numériques sur des carrés de soie artificielle à cause du procédé.

Tel un clin d’oeil au syndrome de Clérambault décrit dans le film Le cri de la soie, la manipulation de ces carrés de tissus surdimensionnés rendra compte du frémissement qui naît du contact immédiat avec les choses et le monde. 1. Rilke, Rainer Maria. Cahiers de Malte Laurids Brigge 2. Au fil de l’eau p.19 Mille et une nuits

Louise Bérubé